Sunday, 23 April 2017

Bouanne Saint George! - Happy Saint George's Day!

Bouanne Saint George à touos nos anmîns Angliais et Catalans!

Happy Saint George's Day to all our English and Catalan friends!

La Crouée d’St. George

En 1960, L'Assembliée d'Jèrriais présentit eune pièche dé thiâtre tch'avait nom La Crouée d’St. George (La Crouaix d’St. George). N'en v'chîn l'rapport.

Et pouor la Saint George aniet, né v'chîn eune partie du scrit:

In 1960 L'Assembliée d'Jèrriais put on a play called the Cross of Saint George - a historical pageant. For Saint George's Day today, here's a transcription of part of the script:


La Crouée d’St. George

L’histouéthe de l’învâsion dé l’Ile dé Jèrri par les Espagniaux en 1406, dramatîsée par le Sieur Ph. Ahier, B.Sc., et traduite par A.L. Perchard.

CARACTÉTHES
Pero Niño
Hector de Pontbriand
Gutierre de Diaz Gaméz
Jacques de Buxières
Guillaume de Buxières
Un Héraut Angliais
Le Connêtablye de St. Martin
Le Connêtablye de St. Sauveur
Le Connêtablye de la Trin’té
Le Connêtablye de Grouville
Le Connêtablye de St. Cliément
Mons. Pierre Julian – Recteur de St. Cliément
Jean
Marguerite
Le R’chéveux Général
1ié Prisonnyi
2ième Prisonnyi
3ième Prisonnyi
La Grand’méthe
La Méthe
La Fille
Le Narrateur

Le Narrateur est mâté en d’vant des ridgeaux.

Nar:                       Mes Dames et Mêssieux, j’nos trouvons dans l’année 1406, trais ans auprès que Jean de Penhouet, l’Amiral Breton avait organisé eune expédition contre l’Ile de Jèrri, faisant un tas de d’gâts dans l’Ile bieau que la paix ‘tait supposé d’exister entre le Roué d’Angliétèrre et le Duc de Bretagne.
                                Un Espagniau, Pero Niño, pirate, sorti de Castillon, était a faithe eune course dans l’s ieaux de la Manche en cherche de navithes Jèrriais ou Angliais.  I’ fit la rencontre de 6 batchieaux de Harfleur qui faisaient la pêque de baleines, mais qui ne d’mandaient pas mus que d’atatchi et voler d’autres batchieaux.
                                Les Captaines de ches batchieaux dîtent à Pero:  (eune vouaix driéthe les ridgeaux)
Vouaix:                 Moussieu, i’ s’trouve tout près d’ichîn eune Ile bein riche, qui s’appelle Jèrri-la Grande.  S’ous avaites 4 ou 5 milles hoummes, ou pouorraîtes la prendre et en haller eune grosse rançon.
Le Narrateur continue:
                                Pero n’avait que trais navithes, pas assez pour s’en aller atatchi et prendre i’Ile.  Par un coup d’chance, i’ s’trouvait à Harfleur, Hector de Pontbriand, qu’avait servi souos l’Amiral Breton en 1403.  I’ ‘tait a servi d’escort à des batchieaux à sé, pour les protégi des batchieaux d’course de Jèrri.  Aurpès hardi de distchussion Hector de Pontbriand ayant persuadé Pero Niño, adréchit tout l’monde.
(La vouaix à de Pontbriand de driéthe les ridgeaux)
Hector de Pontbriand:
                                Ch’valièrs et Gentilhoummes rêunis ichîn, suivez-mé, j’vos en prie. Et j’traverséthons à l’Ile de Jèrri.  J’vos garantis eune raide bouanne journée auvec les soudards et l’s habitants de l’Ile!
Le Narrateur continue:
                                Pero et Hector parvintent à trouver mille soudards, tchiques troupes armées et des arbalêtchièrs.  Le 7 d’Octobre 1406 i’ traversîtent tous de Harfleur et aterrîtent sus l’Islet oú’est qu’était le Prieuré de Notre Dame de l’Ile de Jèrri, et oú’est qu’le Châté Elizabé se trouve à-ch’teu. Les mouaines de Prieuré fûtent bein vite forchis de lus ‘n’aller pour faithe de la pliaiche pour les hoummes à Pero.  Tchiques Espagniaux pus hardis que l’restant, tchittîtent l’Islet et fûtent cherchi pour des bênis sus les rotchièrs pus près de la terre.  Les Jèrriais qui ‘taient stâtionés sus les mielles oû.est qu’est la “Grand Hôtel” au jour d’aniet, ne fûtent pas longtemps dévant les interpeller et les autres s’en r’fûtent tout d’suite èrtrouver lus camarades sus l’Islet. A cause de chutte scaramouche ichîn les Jèrriais se motchaient des Espagniaux, mais le lendemain i’ trouvîtent qu’i’ lus ‘taient mêprins, coumme j’allons vos raconter.
                                Un r’cord absolument pittoresque de tout cha qui s’arrivi en Jèrri ches trais jours-là, fut fait par Gutierre de Diaz Gaméz, l’Espagniau qui portat la banniéthe à Pero Niño.  J’en trouvons l’histouéthe dans ses travaux “Le Victorial”, Chronique de Pero Niño, qui fut traduite en français dans l’année 1838 par deux français; Le Comte Albert de Circourt et Le Comte de Puymaigre.  Basant not’ histouéthe sus la traduction française j’viyons que les Bretons souos Hector de Pontbriand donnîtent le c’mandement des armées unies à Pero Niño.  Le 8 d’Octobre 1406, à l’aube du jour, les tropette sonnîtent sus l’Islet, les Espagniaux se rangîtent prêts pour la bataille, et Pero les adréchit.
(La vouaix à Pero driéthe les ridgeaux)
Pero:                     Mes anmîns, à-ch’teu ‘ou viyis bein qu’ous êtes dans l’pays de l’en’mîn! Ergardez, les v’la rangis pour lus battre, bein armés et prêts pour nos atatchi coumme j’soummes prêts pour aller envèrs ieux.  I’ sont là en grands nombres, mais i’ n’sont pas si forts ni près d’êtres si braves coumme vous.  Mais n’oubliez pas qu’ous êtes entre deux feux!  ‘Ous avez la mé sans r’lâche à votre dos et l’en’mîn à vos enfachi!  ‘Ous êtes dgèrnis!  N’vos fiez pas sus l’un ni sus l’autre!!  Assoummez-les!  N’vos laissiz pas être battus, car ‘ou n’pouvez pas vos êcapper; ou bein ch’s’ra pour crever dans la mé!
                                (Nou-s-entend l’son d’la mé)
                                Séyiz fermes et batt’ous fortement et ‘ous éthez d’l’hounneu et tout pliein d’butîn; car ergardez coumme chu pays ichîn est riche!  Séyis prêts, agissiz auv’ couothage, et que personne ne tchitte sa pliaiche!  App’lez tous St. Jacques not’ Saint, qu’i’ nos aide et nos garde sauf.
Tout l’monde crie:  St Jacques! St. Jacques, v’nez à notre s’cours!
Le Narrateur continue:
                                Gutierre êcrit que les Jèrriais ‘taient souos l’c’mandement du R’chéveux Général car le Député Gouverneux, Sir Baldwin de Vere, ne print pas part dans la bataille.  Probablyement i’ ‘tait en cherge du Châté à Gouôré, car chutte expédition de Pero était inattendue.  Les Jèrriais fûtent les preunmièrs a atatchi auvec 200 hoummes à j’va.  Malheutheusement i’ s’ertithîtent en d’sorde.  Auprès ch’la les Espagniaux avanchîtent mais les Jèrriais se battîtent fortement et atatchîtent auvec hardièche.  A chu moment-là quand la bataille était à sna pus fort, Gutierre de Diaz Gaméz êcrit dans san livre:  Les hoummes de Castillon n’les mantchîtent pas:  I’ ‘es r’chûtent auvec arbalêques, pierres lances et toutes sortes d’armes.  Gentiment des Jèrriais tchîtent dans la mêlée, et les siens qui perdîtent lus j’vaux, prennant sabres ou haches en main prîntent part dans la bataille.  Tchiques-uns se battaient à coutchieaux nus.


                                (ichîn les ridgeaux ouvrent et eune p’tite réprésentation de la bataille est veue.  Deux ou trais hoummes à s’entre battre.  En driéthe est un portrait du Prieuré de Notre Dame de l’Ile de Jèrri.  Au mitan l’êtandard de St. George vole)
                                Pero arrive et appelle ses hoummes.
Pero:                     Mes anmîns, tandi qu’chut êtandard la és’sa d’but, janmais les Jèrriais ne s’sont vaîntchus!
                                Hector de Pontbriand s’avanche envèrs le R’chéveux et crie:
Hector:                 La mort!  La mort!
                                Il attaque le R’chéveux et l’tue.
Gutierre:             Il est mort!  Le v’chîn à mes pids.  Que Dieu sauve s’n âme!
                                Les Jèrriais c’menchent à crier.
1ié Jèrriais:          J’soummes battus!  Ch’est d’filer!  J’soummes perdus!
2ième Jèrriais:   Sauve tchi peut a not’ Châté!  Janmais les Espagniaux nos gouvernéthont!  Sau’vous!  Sau’vous!  I’ vaut mus faithe ch’la et vivre pour nos battre eune autre fais.
1ié Jèrriais:          Ch’est d’faithe rapport au Duc de York coumment qu’j’avons ‘té envahis par les gens à sa méthe sans autchune raison!
2ième Jèrriais:   Sauve tchi peut!  Sauve tchi peut!
                                Les Jèrriais se sauvent.
Pero:                     Venez, j’allons nos r’tither.  Que les troupes s’en r’allent au Prieuré se prépather pour la bataille démain.
                                (coumme les Espagniaux s’en vont, eune jeune fille Jèrriaise arrive.  Ou’ cherche parmi les morts pour s’n amouotheux qu’ou crait qu’a ‘té tué)
Marguerite:        Jean! Jean!  Man chièr Jean!  J’taimes pour nos mathier la s’maine tchi veint mais janmais tu ne r’séthas dans mes bras à-ch’teu!  Tch’est que ch’tait que l’prêtre dit?  “Dulce et decorum pro patria mori”.  Ch’est agréablye et à propos de mouothi pour le pays de sa naissance!  Malgré qu’la mort à Jean m’fait tant d’minséthe i’ faut que j’me rappelle de ch’la qaund j’pense en li.  Jean!  Jean!
                                (Jean qui n’est pas mort se lève douochement quand i’ ouait sa vouaix, et viyant que la côte est cliaithe i’ crie à tue-tête)
Jean:                     Je n’sis pas mort!  Pas seuelement blessé!  Marguerite, est-che vraiment té!  Coumme ch’est merveilleux de t’vaie ichîn!
Marguerite:        Pourtchi qu’tu-est couochi là si tu n’est pas blessé?
Jean:                     J’sis un failli soudard, me, assez pour faithe honte à la Milice.  J’ai fait la minne d’être mort pour être seux de n’être pas tué.  Tch’est qu’tu t’en vas penser d’me?  Mais coumme tu-as ‘té brave ma chièthe, de t’en v’nîn ichîn de St. Martin.
Marguerite:        J’n’ai pas pensé à ch’la, j’tais trop gênée tchi qui ‘tait dév’nu d’te.  Tu-es seux que tu t’trouve tout à fait bein?
Jean:                     Véthe, véthe!
Marguerite:        Vé-t’en, don, ch’est d’aller au Châté dgèrni tout l’monde que malgré toutes les négociâtions et l’s accords, l’Ile à ‘té envahie.
                                (Ou’ l’y aide à se l’ver et i’ s’entre-embrachent.  Pero entre et les vait)
Pero:                     Oh, oh, tch’est qu’j’avons ichîn!  J’avons p’têtre bein vaîntchu les Jèrriais mais l’amour a l’au d’sus d’tout!  Vraiment, ch’s’rai dommage de les dêrangi.
                                (Pero s’en va)
Marguerite:        Es-tu capablye de marchi jusqu’au Châté d’Sédement, man Jean?
Jean:                     Oui, ma chiéthe.  Vé-t’en, i’ faut nos dêpêchi, ne v’là la mé qui monte.  L’entends-tu bein?
                                (Nou-s-entend la mé qui monte)
Jean:                     J’pouorraîmes bein être n’yés, là-bas, où’est qu’les couothants se rencontrent.  Embrache-mé acouo eune fais pour bouanne chance.  À-ch’teu, vite, ma chérie!  J’f’thons mus d’couôrre.
                                (Les ridgeaux freunment et r’ouvrent pour môtrer qu’un p’tit d’temps s’est passé)
Jean:                     Dgieu merci, nos v’chîn sus les mielles.  J’soummes sauf à-ch’teu, Marguerite.  Not’ pus bé est d’filer par le Mont ès Pendus, pour Sédement ----- not’ abri!  J’trouv’thons nos pathents là.  Embrache-mé, Marguerite.
                                (Les ridgeaux freument et r’ouvrent coumme dévant)
Marguerite:        Ne va [as si vite, don, Jean,  j’sis si lâssée que j’ai d’la peine à t’suivre.
Jean:                     Couothage, ma chiéthe!  Nos v’la preque à Sédement.  Tchi bonheu!
Marguerite:        Ch’est rein qu’à-ch’teu que j’en soummes si près que j’m’trouve vraiment sauf.  Ches âffreux Espagniaux et Bretons-là nos peuvent rein à-ch’teu.  Embrache-mé, Jean, ch’est not’ dèrnié chance dé arriver au Châté.
                                (I’ s’ent’ embrachent coumme les ridgeaux freunment)
------------------------------------------------


DEUXIÈME SCÈNE
-----------------------

Le lendemain.

Sus l’Islet enfachant les mielles.
Quand les ridgeaux ouvrent nou vait qu’y’a acouo du débris de la bataille sus les sablions.  Les suivants entrent:  Pero Niño, Gutierre de Diaz Gaméz, et tchiques Ch’valièrs Bretons et s’assièvent.

Pero:                     (D’eune forte vouaix)  Am’nez les prisonnièrs!
(Des prisonnièrs Jèrriais qu’ont l’air hardi êffrités entrent.  Hector de Pontbriand entre driéthe ieux)
Pero:                     À-ch’teu, tas d’reintchivailles!  Rêponnez les tchestchions que j’m’en vais vos d’mander, ou bein ‘ous éthez affaithe à mé!
                                (Les prisonnièrs s’ent’ èrgardent bein gênés)
Pero:                     Preunmiéthement, combein d’monde démeuthent dans l’Ile?
1ié Prisonnyi:     De 4 à 5 mille.
Hector:                 Tch’est qu’est l’nom de vot’ Gouvèrneux, Gardgein, Cap’taine ou cha qu’ou l’applez?
2ième Prisonnyi:              Sir Baldwin de Vere, le député au Duc de York, qu’est l’couôsin à not’ Roué, sa Majésté Henri IV.
Pero:                     As-tu dit, le Duc de York? Oh, la,la! Sa méthe était eune Prîncêsse de Castille.
Hector:                 De piéthe en piéthe!  Le preunmié homme à la Reine d’Angliétèrre était not’ défunt Duc!  Le Duc de Bretagne!  L’affaithe ne sent pas à bouan, valet!
Pero:                     Il est trop tard d’aver èrgret.  N’t’en fait pas, m’n anmîn, les affaithes s’arrangeront.  La preunmié chose est d’prendre l’Ile;  tch’est qu’t’en dit, Hector, la contchête preunmiéthement, le bavardage auprès.
                                (Auprès aver oui la distchussion, les prisonnièrs sont un mio pus hardis)
Hector:                 J’m’en vais tchestchionner ches fripons-ichîn, don.  Heh, là-bas!  Véthe, te!  Où-est qu’est votre Député Gardgein?
3ième Prisonnyi:              À iun des forts, j’crai bein.
Pero:                     Ah! À-ch’teu tu nos dis tchiquechose!  Des forts, hein!  Combein qu’y’en a dans l’Ile, don, et où’est qu’i’ s’trouvent?
1ié Prisonnyi:     Pourtchi que j’vos dithaîmes!
Hector:                 Pourtchi!  Sabre de bouais j’m’en vais bétôt vos môtrer!  Ramassez les înstruments de tortuthe!
                                (Quand les prisonnièrs entendent pâler d’înstruments de tortuthe il’ont peux et auprès aver pâler ensemblye i’ décident de rêpondre)
2ième Prisonnyi:              Ch’est bein, j’allons vos dithe!  Y’a Gouôré, Grosnez, le Châté d’Rozé, le Châté de Lé et le Châté d’Sédement.
Hector:                 Le Châté d’Sédement.  Ah véthe!  J’en ai oui pâler.  Ch’est un ouvrage en terre, est-che pon?
3ième Prisonnyi:              Véthe, nos femmes et êfants y sont, les vieillards, marchands, fèrmièrs et tchiques pêtcheurs, en êffet tout l’monde qui n’portent pas d’armes.  Le Châté est hardi bein embarricadé et y’a des fosses remplyies d’ieau tout l’tou.  ‘Ous éthez d’la mînséthe à y’entrer.
Pero:                     Ma fingre, ch’est justement là la pliaiche sustout qu’ou dîtes que tout vot’ monde y’est!  J’allons tâchi de l’prendre, véthe dgia!
2ième Prisonnyi:              S’ous avez l’audicité de l’faithe, i’ lus battront tous jusqu’à but.
Hector:                 Et acouo, tu dis qu’i’ n’sont pas armés!
Pero:                     Un instant Hector!  Ecoute ichîn, manniéthe de pendard!  Attend’ous parchance la fliotte Angliaîche à v’nîn à vot’ sécours coumme oulle a fait aut’fais?
1ié Prisonnyi:     (Tachant de pathaître brave) La fliotte Angliaîche est à Pliémue.  Y’a au mains eune chentaine de navithes à vailes là, et criyiz-me s’ou voulez, tchiqu’uns d’ches navithes-là sont de Castille.
2ième Prisonnyi:               N’oubliez pas qui y’a un accord par létchel j’soummes alliés à la  Castille, ou que j’y’étaîmes, tréjous!
Pero:                     Eh bein, y’a eune èrfraideu qu’existe entre les deux pays à-ch’teu.  Venez, j’allons mettre en route pour chu Châté-là.
Hector:                 Emm’nez les prisonnièrs au Prieuré.
1ié Prisonnyi:     Au bonheu!  I’ dait aver de fameux vîn là.  Les mouaines lus souongnent raide bein, valet!
Pero:                     Silence là!  Tch’est qu’est chu bâtisse-là? (Pointant à Nièrmont)
2ième Prisonnyi:              Le Prieuré de Nièrmont.
Pero:                     (Pointant à l’Eglyise de la ville)  Et ch’tî-là?
3ième Prisonnyi:              L’Eglyise Pârouâissiale de St. Hélyi.
Pero:                     Oh, oui!
3ième Prisonnyi:              Véthe, St. Hélyi souffrit d’être mîns à mort coumme têmoignage de la véthité d’sa réligion, là sus chu rotchi-là driéthe vous.
                                (Tout l’monde font le signe de la crouée)
Hector:                 Tch’est qui sont ches pierres-là que nou vait êlevées sus chu mont-là?  (I’ pointe au Mont d’la Ville)
3ième Prisonnyi:              Ch’est là l’Mont d’la Ville, et ches pierres-là sont un monument êrigi par les habitants y’a des chents ans, pour mèrtchi la pliaiche où’est qu’il’ avaient enterré tchiqu’un d’împortance.
Pero:                     I’ m’semblye qu’ous êtes hardi savant.
1ié Prisonnyi:     Coumme de raison, j’soummes înstruits par les  prêtres dans l’s êcoles couothues par les églyises.
Hector:                 Et chutte Chapelle-là, là-bas, passé les rotchièrs?
2ième Prisonnyi:              La Chapelle des Pas.  Nommée d’même car la Sainte Vierge est supposée d’aver marchi là, et laîssi ses pas împrinmés où’est qu’la Chapelle est bâtie.
Gutierre:             ‘Ou m’pathaissiz être hardi réligieurs dans ch’t Ile ichîn.
3ième Prisonnyi:              Les prêtres nos ont tréjous dit de mettre not’ fouai dans l’Bouan Dgieu et d’porter hounneu au Roué.
Pero:                     Oh oui!  Eh bein, auv’ toute chutte réligion ichîn, i’ m’semblye que la tchestchion la pus importante est, létchel des Papes qu’est compté à la tête de la réligion.  Y’en a deux, ou savez – Bénédict à Avignon, et Innocent à Rome.
1ié Prisonnyi:     Innocent à Rome, bein seux.
Pero:                     J’d’vons pouver nos fier sus l’support de l’autre si ch’est là l’cas, pour nos haller d’embarras quand à chutte învâsion ichîn.  J’pouvons ristchi à prendre l’Ile.  Venez, j’allons délibéther la position entre nous.  Emm’nez les prisonnièrs au Prieuré.  Faites-ous seux qu’i’ saient mîns à la clié et qu’i’ n’aient pas l’opportunité d’béthe de vîn.
                                (Les prisonnièrs et tchiqu’uns des soudards s’en vont)
Pero:                     Que j’séyons èrmèrciants au Bouan Dgieu que j’avons vaîntchu les Jèrriais en bataille.  Si parchance i’ s’êmancipent de nos atatchi eune deuxième fais j’les r’battrons acouo.  I’ m’semblye que je s’raîmes en pouchette de nos mettre maîtres de l’Ile et d’la garder pour nous-même, pustôt que d’la d’vaster et d’la brûler.  Ch’est d’envier mandat ès hanitants qu’i’ veingent lus souômettre à nous et nos rendre hoummage.  S’i’ r’fusent, j’brûl’rons tout, et j’vèrrons bétôt tchi qu’en est!

                                (Les ridgeaux freunment coumme Pero et ses camarades s’en vont)

----------------------------------

La Fête du R'nouvé

La Fête du R'nouvé à La Hougue Bie


Thursday, 20 April 2017

Jèrriais Today

La Fête du R'nouvé

Poésies Jèrriaises à La Hougue Bie, Sanm'di 11h du matîn

Jèrriais poetry 11am Saturday at La Fête du R'nouvé at La Hougue Bie

Tuesday, 18 April 2017

Chutte sémaine - This week

N'y'a pon d'cliâsses chutte sémaine, mais nou caqu'tétha à l'aubèrge (Mardi au sé) et au café (Jeudi au matîn) coumme d'amors.

No classes this week, but there'll be chat at the pub (Tuesday 5.30-6.30pm - Adelphi) and at the café (Thursday 10.30-11.30am - Costa Coffee, Bath Street) as usual.

Sunday, 16 April 2017

Bouôn Pâques - Happy Easter

Bouôn Pâques!
Happy Easter!


Moussieu l'Editeu,

Mardi au sé, la Merrienne, assise bein confortablyement dans sa grand' chaise, me dit comme chonna: "Comme le temps s'pâsse, Ph'lip. Ch'est prèsque incriyablye que y'a dêjà douze mais que fis des fiottes."

"Pourtant," j'l'y dit, "ch'est vrai, car j'en ai ocquo l'goût dans ma bouoche. Tu l's'avais brûlées tes fiottes et j'eut bein d'la peine à l's'avalé. Jéspèthe que tu n't'en vas pas tâchi ocquo d'm'empouaisoné Vendredi. Après tout, pourtchi des fiottes chu jour-là? Quant à mé j'n'y vais autchun bouon-sens."

"Ch'est une vieille couôtume," ou dit.

Un but d'la Bibl'ye - Bible snippet

Saint Thomas Roman Catholic church Jersey 03La Bouonne Nouvelle s'lon Jean, 20: 19-23, 30-31

The Gospel according to John, , 20: 19-23, 30-31
Lé sé même, ch'est lé preunmié jour d'la s'maine, les portes du lieu où'est qu'les discipl'yes 'taient assembliés 'taient freunmées pa'ce qu'i' craignaient les Juis. Jésû vînt et i' fut là au mitan dg'ieux et lus dit: "Qu'la paix es'sait auvec vous!" Et coumme i' lus dit chenna i' lus môtrait ses mains et san côté et d'même les discipl'yes viyant l'Seigneu eûtent eune grande jouaie. Et i' lus dit acouo eune fais: "Qu'la paix es'sait auvec vous! Coumme man Péthe m'a envyé, la même chose j'vos envyie." Et quand il eut finni d'pâler, i' soûfflyit sus ieux, et lus dit, "Èrchévez l'Saint Esprit! Ès siens à tchi qu'ou pardonnez lus péchés, i' s'sont pardonnés, et les siens à tchi qu'ous èrténez, i' s'sont èrténus.

Jésû fit pliûthieurs aut' mithacl'yes en présence dé ses discipl'yes tchi n'sont pon êcrits dans chu livre. Mais ches choses ichîn ont 'té êcrites en fîn qu'ou criyiz qu'Jésû est l'Christ, lé Fis dé Dgieu, et en criyant ous avez la vie par san nom.

Friday, 14 April 2017

Des mèrvelles - Wonders

Lé Vendrédi Saint - Good Friday

Vèrrinne dans l'églyise dé Saint Saûveux
Aniet ch'est l'Vendrédi Saint. Né v'chîn un but d'la Bibl'ye: dé la Bouonne Nouvelle s'lon Matchi, 27: 33-54

Today is Good Friday. Here's a passage from the Gospel according to Matthew:

I' vîndrent à un endrait tch'avait nom Golgotha (v'là tchi veurt dithe la carre d'la cranne). Là il' aveignîdrent du vîn mêlé d'auve du fyi, mais ayant gouôté, i' n'en voulit d'aut'. Assa un co qu'les soudards l'avait clioué à la crouaix, i' jouîdrent entré ieux pouor loter ses habits (chennechîn s'adonnit s'lon chein qu'lé prophète avait dit: "I' lotîdrent mes habits entré ieux et pattîdrent pouor mes hardes.") I' lus assiévîdrent là et gardîdrent quart sus li. Au d'ssus d'sa tête il' affichîdrent l'atchûsâtion contre li en ches patholes: "Ch'tî-chîn est Jésû, Rouai des Juis". Y'avait deux voleurs clioués à la crouaix des deux bords d'li, l'iun à dêtre et l'aut' à s'nêtre. Les pâssants lé traitaient dé touos les noms en châtchant la tête et dithant, "Té tchi dis qu'tu'abatt'tais l'templ'ye et l'èrbâtithais en trais jours, saûve-té don! Dêclioue-té d'ta crouaix, si tu'es l'fis du Bouôn Dgieu!"

Thursday, 13 April 2017

Jeudi Saint - Maundy Thursday

Vèrrinne dans l'Églyise
dé Saint Louothains
Ch'est l'Jeudi Saint. Né v'chîn un but d'la Bibl'ye: la Bouonne Nouvelle s'lon Luc: 22, 14-22

It's Maundy Thursday. Here's a relevant Bible reading from the Gospel according to Luke: 22, 14-22
Et quand vînt l'heuthe dé c'menchi, Jésû s'attablyit auve ses approtis au ras d'li, et i' lus dit, "J'ai 'té entchéthinné pouor mangi chu fricot d'Pâque acanté vous d'vant qué j'daive suffâtchi. J'dis chennechîn à tout vous achteu: j'n'en mang'geais pon dèrché entréchîn qu'lé Rouoyaume du Bouôn Dgieu veinge."

Épis i' prînt l'mogue, èrmèrcyit l'Bouôn Dgieu et dit, "Prannez chennechîn, et chârez-en parmi vous. J'dis chennechîn: J'n'en béthais pon d'chu jus d'la vîngne entréchîn qu'lé Rouoyaume du Bouôn Dgieu veinge." Et i' prînt l'pain étout et quand il avait r'mèrcié l'Bouôn Dgieu, i' lé g'dachit et lus en baillit des gobîns, et dit, "Chennechîn est man corps offèrt pouor vous. Faites dé même en ma mémouaithe."

Wednesday, 12 April 2017

Des mèrvelles - Wonders







1958: Sus l'Baté d'Sauv'tage - On the Lifeboat

En 1958 des membres d'L'Assembliée d'Jèrriais lus pronm'nîtent en baté d'sauv'tage:

In 1958 members of L'Assembliée d'Jèrriais went for a ride in the lifeboat:

L'Assembliée d'Jèrriais
Sus l'Baté d'Sauv'tage

Pour la rêunion du 25 dé juillet à bein près 70 membres lus rêunîtent sus la Caûchie Albert. Les rapports du mais d'mai et juin futent lius et chinq nouvieaux membres fûtent êlus. Pour l'amour d'avanchi d'vant la niet, les membres filîtent lé long d'la caûchie, et eune chînquantaine profitîdrent d'aller pour un viage sus l'Baté d'Sauv'tage. Ch'tait eune opportunité qué nou n'a pas souvent, mais ch'en 'tait ieune qui valait bein la peine. Touos lus y pliûtent hardi.

1890: The Jersey Reformer

Du Jersey Reformer en 1890 dans les trais langues:

A satirical skit in the three languages:

Les Petits Etats
(Hotel de la Pomme d'Or.)

[The following 'petite histoire,' a sequel to our biographical sketch would lose its richness if translated, so we present it in the original vernacular.]

Les membres après un bon diner se sont retirés pour prendre leur café - c'est toujours leur habitude, on y remarque un digne Magistrat qui est activement en train de compter le montant de ses honoraires dans la passation des causes dans deux désastres.

Le Juré-Justicier Grue-chi :- 'Bonjour, bonjour, Moussieu le Juge Vau'rin savous bien que je ne vous comprans bougre pas, mé, - le public gronne - et peut-être pon sans raison. Il dit que n'aîtes pont capable d'être là - Ch'est ma fé foutant davé erchut tous chés sous là à matin la haut pour payi pour votre incapacité là-bas!'

1976: Dans la gâzette…

Eune lettre dé George d'La Forge:


Dans la gâzette…

Fallbrook, California,
U.S.A.
Lé 13 dé mar, 1976


Moussieu l'Rédacteu,

La chose tchi m'a frappé en ouvrant la gâzette du 15 dé janvyi, tchi veint d'arriver ichîn, est qué l'Juge Bailhache est dé m'n avis qué l's individus tchi cachent des motos quand il' en ont à bord dév'thaient et peunnis pus sévéthement tch'i' n'l'ont 'té dans l'pâssé. Y'a longtemps qu' j'ai pensé ch'là étout et qu' j'en ai fait mention dans mes lettres, mais sans doute lé temps arrive qué nou n'aime pon répéter la mème turlutte s'maine auprès s'maine. Vouot' articl'ye d'fond au sujet, Moussieu l'Rédacteu, est mangnifique, et la lettre du Docteu Pilkington, tchi nouos donne un accompte du procédé juridique en Suède contre les gens tchi cachent lus motos quand i' sont en êtat d'ivrêsse, vaut la peine dé liéthe étout.

Vidgos - Videos

Nos dreins vidgos:

Our latest videos:



1914: La Batâle dé Flieurs - The Battle of Flowers

Au mais d'Juilet 1914 lé Caouain fit eune touônnée des Pâraisses à seule fîn d'rapporter entouor les prépathâtis pouor la Batâle dé Flieurs:

In July 1914, the Owl did the rounds of the Parishes to report on preparation for the Battle of Flowers:

Le Chef est diversément intérêssi dans la Bataille de Flieurs, sustout dans chés classes-là qui son remplyies par les campagnards, et l'aute jour i' m'dit : 'Caouain, va-t-en dans la campagne prendre des rensignements et tâche de dêcouvri si les difféthentes pârraisses s'en vont y prendre part ch't année.

Je vos asseûthe que la job qu'i' m'donnait était pas mal difficile.

Ou-est que je d'vais aller, mé, pour de l'information?

J'avais veu sus la gâzette qu'i' s'en allait y-aver un meetin' dans la pâraisse à Douard, ch'est pourtchi je m'en fut par-là prumièthement.

Je trouvi les parouaissiens bein tchièdes en compathaison avec les autres annèes.

1838: La Batâle dé Gouoray

International Day of Human Space Flight

Gagarin CapsuleGeorge d'La Forge êcrivit en 1961:
Youri Gagarine, fut satellisé lé 12 d'avri, 1961. V'là tchi veurt dithe qué san navithe cosmique rêussit à travèrser l'air à la vitesse nécessaithe pouor dêpasser l'êpaisseu d'l'enveloppe d'atmosphéthe tch'entouothe la tèrre - 17,360 milles (28,000 kilomètres) à l'heuthe - pouor monter dans l'espace, où-est tch'i' fît l'tou d'la tèrre en orbite deux-s'trais fais.

1911: Caouain

Eune articl'ye (auve d'la poésie) du Caouain d'1911:

An article (with some poetry) by GW de Carteret from 1911:


Touôs les siens qui veindront annièt cherchi lus gâzette à l'office, pouorront vés les restes mortels de man pouorre frèthe que les méchants avaient pendu, criyant de faithe taithe ma bec.

Ches la belle parisienne qui m'a envié par la poste tout cha qu'en reste et comme ou l'est commé mé ou n'avait pas d'sous pour acater unne stamp, i' y-a fallu qui paie quatre sous à l'office.

Ne v'chin la lettre que nous a envié avec les restes du sien qui n'est pus de chu monde:

Man chièr Caouain,
Je sis à t'envier tout cha qui reste du pouorre caouain tchi fut pendu par le co à un bouais dans la Rue du Va, dans la pâraisse à Douard. J'vai que tu-ais bein "kind" de v'nin m'vais tchi'que fais et ch't-é pas honorablye et hors de pyaîche pour un caouain d'être pendu à un bouais et que l'entrepreneux Phlip voulait pas faithe san d'vait. J'ai pensé que ch-té ma pyaîche de t'envié la carcase. Dit pas au Mâle Cat que j'ai fait chun chein.

Vein m'vais y'un d'chest jours.

A bétôt.
La Dame qu'a les bras paralysès.

P.S. - Veu que mes bras sont paralysés, j'ai y'eu à êcrithe chun chin avec mes pids. J'né pas té au "Victorya Collidge" et je n'sé pas si j'ai êcrit du bouan jerriais.

Un but d'la Bibl'ye - Bible snippet

SG NT Judas receiving payment for betraying Jesus, Lippo MemmiLa Bouonne Nouvelle s'lon Matchi, 26: 14-16

The Gospel according to Matthew, 26: 14-16

Épis iun d'la Douzaine, lé chein tch'avait nom Juda l'Kériotchien, s'en fut ès grands prêtres et lus d'mandit, "Tch'est qu'ou m'bârr'rêtes si j'vos bâle Jésû?" I' settlîdrent pouor trente pièches d'argent. Et entrétant Juda espéthait eune opporteunité pouor l'us bailli.

Tuesday, 11 April 2017

Cambridge University linguist launches community project to record Jèrriais

Bailiwick Express rapporte:
Dr. Mari Jones launched "Jèrriais Today" in January with Dr. Julia Sallabank from SOAS University in London to prevent Jèrriais from falling into oblivion as only 1% of Islanders speak it. They both obtained funding from their universities and also received local help on the Island from L'Office du Jèrriais and the department for Economic Development, Tourism, Sport and Culture.

Dr. Jones explained: "We aim to create a broad record of just about everybody who speaks Jèrriais on the Island. Future generations will then be able to access the archive and travel in time to listen to their great grandparents speak. It will be a powerful resource! We have given it a start but it is in the hands of the Islanders now, it is very much their project rather than ours."

Monday, 10 April 2017

La Lettre Jèrriaise

La Lettre Jèrriaise chutte sémaine continnue l'histouaithe du P'tit Prînce.

This week's Lettre Jèrriaise continues the story of the Little Prince.

1973: Emancipâtion?

En 1973, George d’La Forge n'tait pon hardi en faveu d'l'êgalité pouor les femmes. Tout coumme il aimait bein les cotillons!

In 1973, George d’La Forge was not greatly in favour of women's equality. However he really liked petticoats!

Emancipâtion?

San Antonio, Texas,
U.S.A.
Lé 10 d'févri, 1973


Moussieu l'Rédacteu

Ichin en Améthique y'a des femmes tch'ont lanchi un mouvement pour faithe les hommes en partitchulyi, et les maîsons d'commèrce en général, lus accorder absolûment les mèmes privilèges en toutes chosés, entréprînses et opporteunités d'avanchement dans l'commèrce tchelconque comme les hommes, et sans doute, les mèmes gages et rêcompenses. Les maisons d'commèrce en Améthique sont si dêdiées à l'êvangile dé fèrre-pliaie tch'il' ont actuellement prîns l'affaithe à tchoeu, et i' sont à l's empliyer.

1961: Merrienne pasle d'une divorce

Eune articl'ye dé Douard Lé Bro dé 1961:

A Ph'lip et Merrienne article by Edward Le Brocq from 1961:


Merrienne pasle d'une divorce
Et Ph'lip de Connêtablyes

à Portinfé.
Saint Ou.


Moussieu l'Editeu

J'viyais bein, en dêjeunant hier matin, que le Merrienne avait tchiquechose à m'dithe et, don, la minute que j'avais fini, j'mé l'vis pour m'en aller d'hors, mais ou m'arrêtit tout-d'suite et m'fit m'r'assiéthe.

"Ecoute, Ph'lip," ou qu'menchit, " j'n'ai pas dormi la niet pâssée, et chonna n'peut pas continuer. Quatre fais tu t'es l'vé, tu'as happé ta câsaque, et tu t'en es allé pour vaie si ta fichue bordeuse avait 'té g'lée. Chaque fais, quand tu t'es r'mînt au liet, tu'as plianté tes pids dans l'pid d'man dos, ouesque j'ai dêjà des r'frédeuses, et j'té dis, tout net et cárré, que je n'm'en vais pas enduther chonna. Si tu continue, j'ithai vaie un homme d'affaithes et je d'mand'dais à la Cour de m'donner un divorce. J'ai liut tchiquebord qu'une femme en Améthique a divorcé s'n homme parsqu'il avait 'té siez l'barbyi pour se faithe râser sa moustache, et je n'crais pas qu'la Cour me r'fus'sa quand j'li éthai dit pour mes r'frédeuses, sinon qu' je n'voudrais pas li montrer ouesqu'i' sont. À ch'teu, comprends-tu?"

Hommage à la mémouaithe dé Ph'lippe dé Portînfé

Douard Lé Bro (Ph'lippe dé Portînfé)
Douard Lé Bro mouothit aniet en 1964. George d'La Forge êcrivit ch't' articl'ye entouor ses mémouaithes dé l'auteu et lus jannèche.

Edward Le Brocq died on this day in 1964. George d'La Forge wrote this article about his memories of the author and their youth.


Hommage à la mémouaithe dé Ph'lippe dé Portînfé

En Améthique,
Lé 17 d'Avri, 1964


Moussieu l'Rédacteu

J'veins d'ouï la triste nouvelle qué m'n anmin Ph'lippe, dé Portînfé, n'est pus. Hélas! M's anmîns d'vièr temps lus en vont p'tit à p'tit. Si l'affaithe continnue jé s'sais beintôt tout seu d'ma sorte!

La pouorre vielle Mèrrienne s'en va s'trouver bein êpithotée, et ch'est seux qu'ou' s'en va trouver les jours longs sans san bouan'-homme à la contrarier, et les nyits fraides sans san dos à êcaûffer ses pids contre! Même ichîn en Améthique j'm'en vais l'mantchi, l'vièr Ph'lippe, car j'liêsais tréjous sa colonne dans la gâzette pour mé donner eune idée d'la valeu des candidats dans l's êlections et m'garder au couothant des bêtises tchi font dans l's États eune fais êlus, et d'la mannièthe tch'i' votent tréjous "Pour" quand ch'est eune affaithe dé dêpenser nouos sou ou d'creûser des tonnelles!

Il 'tait écrivain d'la preunmié trempe et mangnifique comme rapporteux et rédacteu d'gâzettes. Les p'tits buts dans ses "critiques" quand il en publyiyant ieune 'taient souvent risibl'yes et à propos, et ch'est seux tch'il en m'ttait entouor mé - comme entouor bein d'aut' - quand j'tions tous jannes et qu'j'allions vaie les hardelles et les r'condithe au Dinmanche au sé auprès l'sèrvice dé l'églyise ou d'la chapelle!

Sunday, 9 April 2017

La Pâque Flieuthie

BLW Statue of Christ Riding on the AssLa Pâque Flieuthie

Par les c'mîns, nou pilvâque des branques fieillues;
nou chabole coumme nou nos chuchote "Salut!" -
ch'est d'avanchi douochement, endînmanchi,
drait par l'mitan d'chu fièr fliotchet flieuthi,

patchi des deux bords, ès branques à banon;
nou brait "Salut!" ès ôsaines en ânon;
nou s'dêfrâlîngue; nou-s'appathil'ye la selle,
faîthant san c'mîn à fielles et longues ouothelles.

La Pâque Flieuthie - Palm Sunday

Ch'est la Pâque Flieuthie. Né v'chîn un but d'la Bibl'ye: la Bouonne Nouvelle s'lon Mar, 11: 1-10

It's Palm Sunday. Here's a relevant Bible reading from the Gospel according to Mark

Et quand i' vîndrent auprès d'Béthphagé et Béthannie à l'entou d'Jéthusalem aupi du Mont ès Olivièrs, Jésû c'mandit à deux d'ses approtis d'aller l'avant à ieux. I' dit, "Allez dans l'vaîthinné endrait vous et un co qu'ous y'entréthez, ou trouv'thez un poulain amathé qu'fis d'âme n'a janmais êtchèrfroutchi. D'samathez-lé et m'nez-lé ichîn! Si autcheune pèrsonne vos d'mande, 'Tch'est qu'ous êtes à faithe?' - dites-li, "Ch'est qu'lé Seigneu en est d'mêtchi, et tu l'r'éthas dêliêment.'"

Saturday, 8 April 2017

Ch'est l'Èrnouvé

Ch'est l'Èrnouvé, j'avons trop hivenagi;
lé tchoeuryi s'brûle au pilôsi;
l'Èrnouvé r'veint eune billionnième fais d'siette;
la tèrre sé dêcliève auve les g'zettes,

lé ricolisse en bouais et les gênottes:
les pliantes sont libéthées d'lus m'nottes;
la tèrre sé souôlève d'eune saîson en souîn
et monte sén êtchelle d'êcaûffîn,

auve châque broque à pilvâtchi la stchelette
d'l'Hivé, achteu mînchie en miettes
dêbrotchies; nou pilvâque raîque sén ossâle
souos tchi la vèrduthe s'embréhâle;

les carpéleuses capèlent, j'sommes empouèrchis;
j'ouïyons tout l'tou les moûques à myi;
la fraid s'êdgène auve sén ag'nage èrné:
né v'chîn la bieaute du R'nouvé.

Friday, 7 April 2017

Les Clâsses du Sé - Evening classes

Our adult classes for the Summer term are now on-line.  As we always say, places are limited so early booking is advised to avoid disappointment!

All lessons begin in the first week of May and run until mid-July.

  • Beginners classes on Thursdays
  • Beginners+ classes on Tuesdays
  • Intermediate classes on Wednesdays
For more details and to book your place, please visit the shop.

Wednesday, 5 April 2017

Dgéthet - Leg

un dgéthet = leg

  • il a d'bouôns dgéthets pouor sén âge = he get around well for his age
  • un co d'dgethet = a kick (most commonly un co d'pid)
  • i' n'faut pon qu'j'âge faithe comme lé dgiâbl'ye fit au dgéthet d'sa méthe = I mustn't make things worse
  • i' va en dgéthet d'tchian = he limps
  • hale sus l'dgéthet à tchitch'un = pull someone's leg
  • il a un dgéthet d'la fanmil'ye = he's got a family resemblance
  • êcouer l'dgéthet / l'ver l'dgéthet = run about; get one's leg over
  • Quand les grands tchians pîssent les p'tits lèvent lé dgéthet = when big dogs piss the little ones cock their legs
  • Lé Dgèrnésiais lève touos ses dgéthets quand i' danse = the Guernseyman lifts all his legs when he dances (being a donkey, he has four of them, naturally)

un dgéthet also means a bloke, a person

  • Tchi qu'est chu dgéthet-là? = Who's that bloke?
  • J'n'ai veu dgéthet = I haven't seen a soul

La Lettre Jèrriaise

David Marett présente La Lettre Jèrriaise chutte sémaine, et dans la chronique Française nou pâlé étout du Jèrriais et des lians auve lé Nouormand de la Grande Tèrre.

Listen to La Lettre Jèrriaise with David Marett, but stay listening to the French language broadcast for a mention of Jèrriais and links with mainland Norman.

1853: Au rédacteux de La Reforme

Eune lettre sus la gâzette La Reforme dé 1853:

This letter was published in the newspaper La Reforme in 1853:

Au rédacteux de La Reforme
Assa Mousieu, écoutez donc: Ou nos zavais joué unne trique, - Ch'là n'est poun ben chunnena, et je vos l'dis, j'avons unne pique contre vous, car, ou vyïz, nouos autres compagnards, jé prennons tout ch'que nou nouos dit à la lettre, et i l'est ma de nouos tromper.

Savous oué qu'j'veux en v'nin? Nannin, p't'être, comme disait Janneton, quand j'ly d'mandis de vendre dheux quartiers de froment, qu'ou l'avait quand j'nos mariaîmes. Et ben, je veux vouos dire qu'ou devr'iez avé un métinne pour erbugui les Etats, pour nos avé appelais 'des Traîtres' qui réfus'raient de faire lus d'vé si l'ennemin v'nait à Gêri.'

J'tions une vingtaine de viers lurons qui comtions venin en ville signé uune pétition ov vous pour dire et signer que les Etats étaient des Menteurs et asseurer la Reine que Gêri était tréjous Gêri: et pis v'a que tout d'un cou ou nos baillis le cou de guéret et nos laisi sans nos dir iou tan seulement que vot méttinne éra lieu. Ch'nez pas ben chunna, - et Gadéwouëlle! si j'n'tions des Réformes tout de bouon, j'vos en dirions de pus belle. Savous ben qu'sommes pus Réformeurs à la campagne que vous Villais, et qu'j'avons jurai d'n'avais pus de Proçais à chutte maudite Cour, qui nos a schuchi jusqu'à la moëlle des hos. Assa, piquis mé chés fainnians là, entendous?

Je vos êcririons occoure, et cryïs mé tréjous.

Pierre Gaudichon.

La Reforme 27/8/1853

Tuesday, 4 April 2017

Chutte sémaine - This week

  • Mardi/Tuesday: Aubèrge/pub, Adelphi 5h30-6h30 pm
  • Mêcrédi/Wednesday: Section, Société Jersiaise 8h pm
  • Jeudi/Thursday: Café, Costa Coffee, Les Ruettes/Bath Street, 10h30-11h30 am
  • Vendrédi/Friday: Mari Jones, Bibliothèque dé Jèrri/Jersey Library, 1h10 pm

Mont Orgueil

William Prynne (1600-1669) 'tait un Puthitan emprisonné duthant l's années 1630 pouor aver crititchi l's autorités en Angliétèrre. Pouor eune pause i' fut envyé en Jèrri pouor êt' gardé dans l'Vièr Châté. Dans l'châté il êcrivit des poésies. Né v'chîn eune vèrsion Jèrriaise d'Amelia Perchard d'un but du c'menchement dg'ieune des poésies d'Prynne.

William Prynne, a Puritan critic of Royal and Church authorities in England, was held at Mont Orgueil for a time in the 1630s. He wrote some poetry. Amelia Perchard translated part of the beginning of a poem by him about the castle into Jèrriais.


Mont Orgueil

Le Mont Orgueil est un bâtisse superbe,
Dans les parages dé l'este d'l'Ie dé Jèrri.
Drait sus la côte, sus un înmense rotchi
En veue d'la Normandie, il est pliaichi
Au sud, La Baie d'Grouville et sa cauchie,
Tchi donne abri à tant dé p'tits batchieaux;
Entouré par la mé sus trais côtés,
Et joint à la tèrre dé par lé nord-vouest.
Un mont d'ordgi, auv' san rempart bein long!
Quatres grand's portes, quatres portâs, et les boulevards!
Forterêsse formidabl'ye! Et tout en pièrre!
Et chîn et la, tchinze bouannes piéches d'artill'lie,
Tchi raîsonnent au besoin, à d'fendre 1'île;
Toutes fais et quantes, solid contre l'ennemîn!

A.L.P.

1953: Play in Sercquiais

Un rapport d'1953 sus la Gâzette du Sé d'eune pièche dé thiâtre en Sèrtchais:


"Never Have I Heard Such Natural Merriment"

Sark's Successful Concert

Students of Channel Island patois should have been present at the grand concert given by Sark's Church Concert Party last Wednesday evening, if only to see and hear the patois play "Le Jour de Naissance", an entirely unscripted play delivered in Sark patois by well-tried and experienced Sark players.

Sunday, 2 April 2017

Yevtushenko

Lé poète Russe, Yevguéni Yevtouchenko a mouothi. Né v'chîn eune vèrsion Jèrriaise dg'ieune de ses poésies:

The Russian poet, Yevgeny Yevtushenko has died. Here's a Jèrriais version of one of his poems:

Ma douoche veindra, lyi, à la fîn,
ou m'èrprendra à sa brachie,
èrmèrquétha tout m'n êvrédîn,
épis comprendra tout m'n ohi.

Endémonnée d'eune néthe achie,
oulle amont'ta les d'grés tchi craquent,
sans freunmer l'vitchet du taxi,
la jouaie ès jaues litha d'rouoges taques.

Entrant, mucre, sans taper à l'us,
ès dés ou happ'tha ma huthe, véthe,
et d'la tchaîse, sa casâque toute bliue
en driss'sa heutheusement dans l'aithe.

Friday, 31 March 2017

Discours par Dr Mari Jones

On Friday 7th April at 1.10p.m., Dr Mari Jones of the University of Cambridge will present a lunchtime talk in the Jersey Library's Friday series.


"Why should we bother about Jèrriais?"

She explains: "This talk is aimed at a general audience – and is accessible to all, regardless of whether or not you speak Jèrriais. 

I will begin by explaining what led me, a Welsh-speaker from the Valleys of South Wales, to become interested in Norman, and why I have chosen to devote a large part of my academic career at the University of Cambridge to studying the Norman French of the Channel Islands. 

I will consider reasons why I believe that learning Jèrriais is important and describe how speaking Jèrriais can benefit Jersey’s younger generation. The talk will also explore how speaking Norman French can help us to learn more about the history of English  and how Jèrriais could have a valuable role in developing cultural links between Jersey and the Norman mainland."

Thursday, 30 March 2017

Café

Język sercquiais

focus.pl rapporte:

Język sercquiais

Używany na Sark, jednej z Wysp Normandzkich. Należy do języków romańskich, pochodzi z używanego na sąsiedniej wyspie Jersey języka jèrriais i bardzo przypomina normandzki, przez co niekiedy bywa uznawany tylko za dialekt. Posługują się nim tylko nieliczni mieszkańcy wyspy Sark, a i oni powoli rezygnują z niego na rzecz angielskiego. W samym sercquiais obecnych jest wiele anglicyzmów. Praktycznie nie stosuje się go w piśmie i edukacji. Pierwszym i jednym z niewielu zachowanych tekstów w tym języku jest XIX-wieczne tłumaczenie biblijnej przypowieści o siewcy. Według badań z 2014 r. sercquiais posługuje się 20 osób, ale wyłącznie w mowie.

Tuesday, 28 March 2017

Alice in translation

La bibliothèque dé l'Unnivèrsité d'Cambridge a bliodgi:
...the publisher has been issuing translations in a wide variety of languages and dialects; the website currently lists more than 60 versions. Romance languages covered include Neapolitan, Western Lombard, Aromanian, Ladino, Walloon, Borain Picard and Jèrriais.

Par les c'mîns - Out and about





Aubèrge et café - Pub and café

Les cliâsses ès êcoles ont finni pouor chu tèrme, mais les rêunnions à l'aubèrge (Adelphi: Mardi 5h30-6h30 du sé) et au café (Costa Coffee dans Les Ruettes, Jeudi 10h30-11h30) continnuent châque sémaine coumme d'amors.

School classes have finished for this term, but pub (at the Adelphi in the Parade) and café (at Costa Coffee in Bath Street) weekly sessions carry on regardless of school holidays.

Sunday, 26 March 2017

Un but d'la Bibl'ye - Bible snippet

Peter Paul Rubens - Cain slaying Abel (Courtauld Institute)La Bouonne Nouvelle s'lon Luc, 11: 43-54

Saint Luke's Gospel, 11: 43-54
"Maûfaits Pharisiens! Ous aimez tréjous vos assiéthe ès miyeu pliaiches dans les salles d'assembliées et qu'lé monde vos faichent tréjous des révéthences dans les marchièrs. Maûfaits! Ous êtes coumme des fôsses sans mèr qué nou marché dessus sans l'saver!"

Iun des maît's d'la louai lî rêponnit, "Maît', ch'est-i' qu'tu'es pouor nos crititchi d'même?"

I' dit, "Maûfaits maît's d'la louai! Ou chèrgiz d's hoummes dé suffâts qu'i' n'peuvent pon porter, mais ou n'faites rein pouor lus bailli un co d'main.

Saturday, 25 March 2017

Help Badlabecques Record with Les Amis Choir

Badlabecques ont r'gret:
"After a successful crowdfunder campaign for our new album, and months of hard work recording and mixing, in the end we were denied permission to release one of the songs - a bilingual cover version of The Beatles 'With a Little Help From My Friends'. Sony ATV didn't give a reason - but we have to respect the decision. We had chosen this song in particular to record with Les Amis Choir (a special choir formed of a group of adults with learning disabilities, who are supported by the Jersey charity Les Amis) so of course we were all heartbroken."