Friday, 31 January 2014

1918: Du chucre - Sugar

Même s'nou 'tait à court dé chucre en 1918, jé n'sommes pon acouo à court dé pièches d'la Preunmié Dgèrre Mondiale:

Even if sugar was in short supply in 1918, there's no shortage yet of WWI texts:
Je fus l'aut'e jour au numétho 10, Hill Street, pour cherchi une forme d'application pour du chucre pour faithe de la g'lee.

Ch'tait Marie Hibou qui m'fit y'aller.

J'avais biau lis dithe que ch'tait raique les siens qui craîssaient du fruit qui pouvaient ercliâmer du chucre et que ch'tait inutile pour nous d'êprouver à en aver, puisque tout che que j'avons d'gardin est deustrais gérémiennes, qui jamais n'êpanissent, dans une casse à dgin sur la f'nêtre de not'e mansarde; ou n'vouli pon m'êcouter, mais insisti que j'fusse demander un papi.

"La charte européenne des langues régionales bouscule le français jacobin..."

L'ETOILE de NORMANDIE, le webzine de l'unité normande, a bliodgi:
"...Heureusement, la langue normande vit encore et renaît superbement dans les expressions contemporaines du spectacle vivant:

L'expression contemporaine artistique en langue normande existe de plus en plus et intéresse les jeunes de notre région: une scène musicale en langue normande existe désormais avec une dizaine d'ensembles et de groupes de Jersey au Pays de Caux.

Il ne s'agit pas seulement de faire du néo-folk en blaude et coiffes mais de faire du rock n'folk, pop, rap, reguae, ska, chanson réaliste ou poétique en langue normande. Un groupe de rap rouennais se frotte au cauchois. A Jersey c'est du rock'n folk contestataire en jerriais pour dénoncer le paradis fiscal. Dans le Cotentin et le Bessin c'est le normand de grands poètes que l'on chante (Joseph Mague, Cotis Capel, Dalarun...). ..."

Nouveau CD du groupe Magène. "Je syis magnifique !"

Nou r'est à bliodgi siez Langue normande:

Amelia Perchard à l'Eisteddfod dé Jèrri
Chu sammedi 25 dé jaunvi de 2014, byin des gens avaient la lerme à l’uu : déeus heures de caunchouns en normaund de Côtis-Capel, Marcel Dalarun, Alphounse Allain, Marie Berthe… Et itou des pouètes fraunceis armins en normaund coume Guy Thomas (parolyi de Jean Ferrat) et Jacques Lebouteiller qui demeure à Sant-Georges-Mountcô(1) oûpraès de Sant-Lô. Amelia Perchard, lyi, ol ‘tait de Jèrri, ol a jostaé d’aveu eune vuule caunchoun aungllaise pou l’écrire en normaund ! (....) Amelia, o serait byin surgoulaée de veî "chu niolin" (cette bagatelle de rien du tout) coume tite d’eune galette neumérique !

1918: "Land Army"

Et acouo un texte d'la Preunmié Dgèrre Mondiale:

And another WWI text:
Tch'est qu'est devenu d'Marie Hibou? V'là che que nou me d'mande presque touos les jours acheteu, parceque je n'ai pas pâlé d'lyi à ches dernyi.

Eh bain, ch'est bain humiliant et bain péniblye pour mé d'aver à admettre que v'là tchique temps que je n'démeuthons pus ensemblye.

Et ch'est tout d'la faute à Madame Piné!

Dès qu'ou c'menchi à pâler d'former san "Land Army" et qu'i' y eut des meetin' à l'Hôtel-de-Ville, Marie Hibou eut la tête absolument touânnée.

Et pis ch'est qu'ou n'mentchi pas une seule réunion!

Toutes les fais quand ou r'venait, ou m'êcauffait les ouotheilles avec toutes sortes d'théories sus l'patriotisme, et comment que ch'tait le d'vé de toutes les femmes d'aller travaill'yi sus la terre pour aidgi ès fermiers à craître les alîments nécessaithes pour le souostient d'la nation, etc., etc.

Thursday, 30 January 2014

1915: "Recruiting Rally"

Nou n'est pon à court dé pièches d'la Preunmié Dgèrre Mondiale, et n'en v'chîn acouo ieune:

We're not short of WWI pieces, and here's another one:
J'avais 'té invité Mardi passé à faithe une partie d'lanchon, mais quand je d'mandi au Chef si ch'est qu'i' pouvait s'passer d'mé pour le jour, i' m'raîponni bain rupéement "Je m'en vais t'en bailli, mé, du lanchon! Ta job pour annièt, ch'est de t'en aller dans l'ouest de l'île et prendre des renseignements d'une care et d'l'autre pour tâchi d'dêcouvri tch'est qu'les campagnards disent du "Recruiting Rally" qu'est pour être tenu ch'tte arlevée ès "Barracks."

Je fus obligi de r'mettre le lanchon à une aut'e feis, et cache, mé v'là aller dans l'ouest.

En passant l'long d'une ferme je vis des habits d'soudard à airer sus une corde à linge et un jeune homme qu'était dans l'bel à êtchuther sa baïonnette.

1915: "L'exhibition de tchuthiosités"

Né v'chîn acouo un texte d'la Preunmié Dgèrre Mondiale:

Here's another First World War text:

Malgré tout l'mauvais temps que j'avons ieu chute semaine j'ai viagi un mio dans la campagne et je sis bain heutheux de pouver vos dithe que je n'en ai pas 'té d'piéthe malgré que tchiquefais quand je r'venais siez-nous mes pliumes étaient cliuttées à ma pouore carcasse.

Eh bain, duthant iun d'mes pélérinages, je m'trouvi à St. Ou et je fus bain êtouné, quand j'appréchi du Parish Hall de vaie un tas de bicyclettes et d'motor-cars dans l's envithons. Je sauti tout-d'suite à la conclusion qu'i y avait oquo une autre êlection en allant et je pensi que ch'tait assez drôle car nous aithait deu en aver ouï tchiquechose.

En r'gardant par-là j'avisi Jimmy Benest drét comme un pitchét mâté dans l'portico à prendre les sous des visiteurs à m'suthe qu'ils entraient et à les fliantchi (les sous, pas les visiteurs) dands une bouaîte driéthe li. Je vis bain qu'i' n's'agissait pas d'une êlection, car les êlecteurs n'ont pas l'habitude de payi pour aller voter.

Je m'faufili dans l'portico.

"Eh bain, Jim," je lis dis, "tch'est qu'i' y a en allant don?"

Je syis Magnifique



Né v'chîn un vidgo d'Magène sus la strade l'25 d'Janvyi auve eune chanson d'lus nouvieau CD - et ch'est prîns du Jèrriais. Tout coumme, Théo aime mus l'café qué l'thée!

The song performed by Magène in this video from their concert this month is from a Jèrriais text (although if, like singer Théo, you prefer coffee to tea, why not tweak the words, indeed?)

J'sis magnifique, merci!

Jé sis magnifique, mèrci,
I'n'y'a rein d'ma auv' ma santé!

Monday, 27 January 2014

BBC: Has poetry distorted our view of World War One?

La BBC d'mande: "Has poetry distorted our view of World War One?"
While Owen wrote powerful poetry, he was just one of 2,225 men and women from Britain and Ireland who had poems published during World War One. (...)

Among these were our Jèrriais poets EJ Luce and Jean Picot. We don't tend to think of them as war poets, but they certainly expressed in poetry some of the wartime experiences of the Jersey population and some of the experiences of the home front. Here are some snippets:

1916: Lonôre in sad distress

Y'a eune p'tite pause, j'têmes à reunminner qué ch'tait ravissant coumme tchi qué Ph'lippe Lé Sueux Mouothant mênageait d'êcrithe chein qu'il êcrivait sus la gâzette à chu temps-là. N'en v'chîn acouo un but chotchant d'un texte rîsibl'ye d'la Preunmié Dgèrre Mondiale dreinement ajouôté ès Pages Jèrriaises.

A little while ago, we were musing that it was surprising how Philippe Le Sueur Mourant managed to write what he wrote in the newspaper in those days. Here's another shocking example from a WWI humorous text recently added to les Pages Jèrriaises.

...P'tit a p'tit, j'vins a savé ch'qu'avait changi l'tempéthemment a m'n'èsfant. Ch'tait la nouvelle Loué sus la Milice! Ch'tait le m'zespé d'savé qu'bétot touos nos miyeu jeunes hoummes s'n'allaient hors l'ile pour se faithe tué ou r'venin en bédaches.

"J'taîmes déja très filles pour un garçon, mémée, d'vant le dgêrre," qu'ou s'fit, tandi qu'ses larmes ruis'laient avaut san nez et tchiyaient dans l'gardefeu - il resté roui d'pis. "Tchès qu'jé s'a après a dgerre si les siens qui nos restent son enviés dans les tranchies? N'y'étha pas un garçon pour siéz filles, quand tout s'a fini! et l'pus bé des siens qui r'vindront s'ont sans gambes, san bras, aveuglyes, et avrônés un mio sus toutes les couôtuthes!" Et la r'véla qui s'r'èsgouffe a braithe...

Sunday, 26 January 2014

Magène : le normand est une langue vivante


MAGENE vidéo. sortie album reportage FRANCE 3... by pilitoulou

France 3 Basse-Normandie rapporte:
Alors que la France semble sur le point de ratifier la charte européenne des langue régionales, le normand est toujours considéré comme un banal patois, au mieux comme une langue mineure. "Nous sommes les sous-prolétaires des langues de France" déplore Rémi Pézeril de l'association Magène. (...) Dans son dernier album, Magène interprète seize titres, tous chantés en normand : "c'est ma langue natale" précise fièrement le chanteur Théo Capelle.

NB: "Je syis magnifique" est eune vèrsion d'la poésie d'Amelia Pèrchard d'Jèrri.
NB: The title song is a setting of a Jèrriais poem by our own Amelia Perchard.

Thursday, 23 January 2014

Eh bein véthe-dgia



Dans l'drein neunmétho des Nouvelles Chroniques du Don Balleine, y'a un texte dé 1901 par Alfred Messervy entouor coumme tchi qu'la vie d'la campangne avait changi. Né v'chîn eune vèrsion en audgo du texte.

The most recent issue of the quarterly Jèrriais magazine contains an article from 1901 by Alfred Messervy describing how the lifestyle of country folk had changed. Here's the 1901 text read as published in the magazine.

1964: Ph'lip pâsle des Connêtablyes

Y'a chînquante ans l's Êtats 'taient à dêrenglyi entouor la r'forme, et v'là tchi n'rêjouit pon Ph'lip:
Fifty years ago the States were arguing about reform, which didn't make Ph'lip very happy:

Ph'lip pâsle des Connêtablyes
- Et du Sénateu Venables

à Portînfé, St. Ouen.
Vendrédi au sé.


Moussieu l'Editeu,

Nou-s-avait ouï qu'à Saint Pièrre y'éthait de l'oppôsition au présent Chef, mais i' pathait qu'i' n'peuvent pon trouver un candidat capablye de battre le Sieur Le Mèrquand. Mais à la Trin'té y'a tout prospect d'une élection contestée, car si l'présent Connêtablye abandonne, le Charles Cabot et l'Edgar Mouothant sont prèsque seux de s'trouver en oppôsition. Le r'sultat est încertain au moment, car si l'Charles est membre d'la fameuse famille des Cabots, Edgar a 'té bein populaithe comme Chantgni. Un pâraissien que j'rencontris l'autre jour me dit que dans san opinion qu' n'y éthait pas hardi d'vouaix entre les deux. I' n'faut pas oublier étout qu'à Saint Sauveux le Tom Mouothant n'a ocquo rein d'un bord ou d'l'autre.

Un moussieu tchi dév'thait saver tchèsqu'i' dit m'a asseûthé que l'projet du Senateu Venables n'a pas pûs d'chance de pâsser qu'une balle de né a de rester solide en Enfé, ch'est-à-dithe, tch'i' n's'en va pas gâgni une mâjorité dans l's Etats.

Wednesday, 22 January 2014

George d'La Forge et l'Êvêque - Bishop's move

Nou l'avait ajouôté ès Pages Jèrriaises Lundi et v'là tchi s'adonne!
This was added to Les Pages Jèrriaises on Monday and look what happens!

...À m'n idée, il est grand temps d'faithe un "Êvêché" ou Diocèse des Îles dé La Manche. V'là tchi pèrmett'tait ès Îles dé condithe lus affaithes ieux-mêmes et d'souangni d'lus églyises parouaîssiales et chapelles d'aîse. Ou-s-allez p't-êt' mé dithe qué v'là tchi couôtt'tait trop. P't-êt' bein. J'sis p't-êt' trop liain d'Jèrri pour aver eune solide idée des conditions tchi gouvèrnent bein des choses dans l's Îles, mais i'n'sembl'ye qué les sou qué l's églyises sont oblyigies d'fourni au Diocèse dé Winchester touos l's ans pouôrraient probabliément suffithe pour supporter l's églyises d'un Diocèse des Îles même.

Entr'aut' choses tchi m'pathaîssent riditchules, par exempl'ye, est qué l's églyises dé St. Simon et d'St. Jacques sont sans minnistres - et nou peut p't-êt' mett' St. Matchi dans la liste étout - et qué l'Révérend Tony Hart, Jèrriais d'naîssance et tch'a pâssé sa vie en Jèrri, est forchi d's'en aller hors pays pour géther sa chèrge d'minnistre. Né v'là chein tchi s'arrive quand l'Églyise et gouvèrnée par un Êvêque en Angliétèrre tch'assujetît l's Îles ès conditions Angliaiches....

Et George d'La Forge avait proposé l'idée d'un êvêque dans d'aut's articl'yes:
And that wasn't the only occasion George F. Le Feuvre had put forward his views on a bishop for the Island(s):

...N'est-i' pon grand temps dé dêcliather l's Îles dé la Manche un diocèse? Dé même, les Jèrriais pouôrraient controller lus affaithes ecclésiaistiques.

1916: A Forecast as to the future

Jîngouais joffé ou sornette satirique? Ch'est d'chouaîsi pouor ch't' histouaithe d'la Preunmié Dgèrre Mondiale!
Out-and-out First World War jingoism or a sly send-up? You decide!

A Forecast as to the future
En atendant que l'Contingent sét formé pour allé au Front, y'a bri qu'les hautes-paraisses sont en èsmeution. J'ai oui dithe que les fils d'fermi des paraisses d'amont ont l'chérvé touôné d'jouée au prospé d'allé ov mé fini d'èsmaglyi touos chès boustres de Prussiens qu'ont la prétention d'voulé gâgnyi la djèrre.

Chèst conv'nu, garçons; j'nos n'allons lus montré "wots-wot" à chès tas d'pend'loques. Mais, pas tout à fait ocquo si vite. Faut dabord fini le Saison, rensmenchi la terre, rentré l'avout. Eunne fais tout en r'pathe, les comptes payis, et tchiq' soummes de rente remboursée - j'vos enviêthai mendaton.

Ché s'a pour che S'tembre, a ch'que j'ai oui. D'ichin là, les Russes s'en vont continué a l's èsmaglyi a l'Est, l's Angliais et les Français les pourchas'sont a l'Ouest, les Italiens l's èsgliémithont au Sud, et la fliotte Angliaiche bouch'cha touos l's issus tout à l'entou.

Dictionary addenda

s'enchîtrer = embed, lodge, fix, install
(r'ssource: Philippe Le Sueur Mourant, 1916)

Magène

Magène annonche:
Notre association Magène vous propose 2 nouveaux CD : « Angelina » et « Je syis magnifique ! »

1) "Angelina" - chansons de Joseph Mague : ces chansons décrivent avec humour et tendresse Les Potyis, La Feire és ougnons, Les Sous de Café, Les Trachous de Boués… Les textes sont superbes. La Canchon du Conscrit évoque les adieux d’une mère à son fils qui part pour trois ans au service militaire ...en 1912. La grousse Angelina est décrite par son amant d’un air moqueur… Les 12 mélodies sont composées et chantées par Daniel Bourdelès qui s’accompagne à la guitare. Dany Pinel les habille avec des instruments acoustiques (contrebasse, accordéon, violon). La pochette reproduit les textes et les photos des cartes postales de l'époque. Prix : 12 euros.

2) "Je syis magnifique !" - Ce CD regroupe une collection inédite de chansons d’Amelia Perchard (Jersey), Gires Ganne (Coutances), Côtis-Capel, Alphonse Allain, Marie Berthe, Marcel Dalarun (Hague), Jacques Lebouteiller et Guy Thomas.

Au chant : Théo Capelle, accompagné à l'accordéon par Manuela Lecarpentier, à la guitare par Jean-Louis Dalmont et à la contrebasse par Dany Pinel. Pochette de Guy D'Ekein.

Un grand et beau disque de chansons normandes ! Prix : 13 euros.

Retrouvez et commandez ces 2 CD sur notre site magene.com ainsi que toutes les autres productions de notre association : 12 autres CD, 4 livres...

Prochain concert Magène au cinéma Le Donjon de Bricquebec (en haut de la place Sainte-Anne) samedi 25 janv. 20h30 concert 8 €, scolaires 4 €. Venez nombreux, les amis !

Guernsey Song Project

Dé Dgèrnésy:
From Guernsey:

Guernsey Song Project
Biauvnu. Welcome to the Guernsey Song Project.

You are invited to take part in a unique language and musical project for 2014.

The invitation is to create a new song, in any style or genre, which includes some of Guernsey’s native language Guernésiais

Lé Jour dé la Libérâtioun


Lé Jour dé la Libérâtioun
(NB: written in Trinn'tais but read in the video in Saint Ouënnais)

'J'n'y counnais rein, de chutte dgiablye de pliaque qu' i' sount en train d'mett' dans la Pliaiche de la Libérâtioun', s'fit le Ph'lip Desclios l'aut' sé, 'mais té, avais tu moyen hors pays d'la célébrer, la Libérâtioun'?

'Le jour même,' j'lis dis, 'j'tais érvenu dé l' Amérique et j'tais à Loundres à la Foreign Office, et j'entendis la fameuse announce de Winston Churchill.

Tuesday, 21 January 2014

Eune êtchuivée d'andgulle - a conger stew


îngrédgeins:
  • d'l'andgulle = conger
  • des patates = potatoes
  • d's ouognons = onions
  • des champîngnons = mushrooms
  • eune tinnée d'tonmates = a tin of tomatoes
  • dé l'ieau = water
  • du brécolîn = broccoli
  • d's hèrbes = herbs

Monday, 20 January 2014

Les sept jours



Les sept jours

Dînmanche, nou n'a pon à sé l'ver à sinne dé jeu;
nou tchait sus sa fache - nou dort sus san dos.
Dgieu spartit la leunmiéthe d'auve la nièrcheu.
Nou n'est pon nièrchi d'faithe un jour d'èrpos.

Lundi, Dgieu spartit la tèrre d'auve les cieux.
J'faîthons not' lavage coumme l'affaithe s'arreune
(mais ch'est les machinnes tchi nos aîguent achteu).
Dgieu griyit l'ciel - et ch'est lé jour d'la leune.

George d'La Forge: Lé jour d'èrpos

Lé jour d'èrpos
Fort Lauderdale,
Florida, USA
Lé 31 dé janvyi, 1981

Moussieu l'Rédacteu,

"En apprannant les Dgiex C'mandements à l'Êcole du Dînmanche à St. Georges Dînmanche pâssé, Moussieu Pépîn nouos dit tch'i' n'faut pon travailli lé septième jour dé la s'maine. Est-ch' pour chenn'na qu'tu freunme la forge au dînmanche?," jé d'mandis à Papa eune séthée quand j'tions au pid du feu auprès l'thée.

"Oui dgia!", i' m'dît.

"Mais," j'lî dis, "si lé j'va à Moussieu Hâcou pèrdait iun d'ses fièrs en portant san maître et Madanme et les D'mouaîselles Hâcou à St. Georges un Dînmanche, pouôrrais-tu lî'en r'mett' iun?"

"Eh bein," Papa m'dît, "y'a raîson dans toutes choses. J'ai confianche qué, dans un cas d'même, lé Bouan Dgieu m'pardonn'nait si jé v'nais en aîgue à Moussieu Hâcou, prîncipalement comme lé chabot du pouôrre chéva pouôrrait êt' endonmagi par la pèrte d'san fé.

Dictionary addenda

dêpliôrabl'ye = deplorable
(r'ssource: Caouain, 1914)

navithe dé cabotage = coaster, coastal vessel
(r'ssource: George d'La Forge, 1981)
navithe dé long cours = ocean-going vessel
viage au long cours = ocean voyage
pêtchi au long cours = go deep-sea fishing
la pêque au long cours = deep-sea fishing
aller au long cours = go on an ocean voyage
un cap'taine au long cours = master mariner
(r'ssource: DJF)

Nord Sud Vouêt Êst - North South West East


Bouônjour! J'sommes dans la Pièche d'la Libéthâtion - Hello! We're in Liberation Square
Tch'est qu'ch'est? Ch'est l'Nord - What's this? It's North
Tch'est qu'ch'est? Ch'est l'Sud - What's this? It's South
Tch'est qu'ch'est? Ch'est l'Vouêt - What's this? It's West
Tch'est qu'ch'est? Ch'est l'Êst - What's this? It's East

Sunday, 19 January 2014

1980: Jersey place-names

A letter from Frank Le Maistre published in the Jersey Evening Post of 16/10/1980 on the subject of the omission of the article from Jersey place names:

Saturday, 18 January 2014

1914: "le grand sabre au kaiser" (4)

Lé Caouain finnit ch't' articl'ye auve la nouvelle qu'Edmond D'latchaine, rédacteu d'la Chronique de Jersey, s'en fut à la dgèrre dans l'Armée Française. Y'avait des Jèrriais tchi combattîdrent dans les forches militaithes Britanniques, Françaises et Cannadgiennes (et sans doute dans d'aut's armées étout). L'Sieur D'latchaine êcrivit des rapports en Français entouor la vie militaithe. I' r'vînt en Jèrri auprès la dgèrre et d'vînt rédacteu des Chroniques de Jersey.

GW de Carteret finished this article with the news that the editor of the newspaper had gone off to serve in the ranks of the French army (as many Jerseymen did). Edmond Delaquaine wrote back with accounts in French of military life. He returned to Jersey after the war to take up the editorship of Les Chroniques de Jersey.

(siette et fîn)
Ah ça, gârçons j'ai une assey triste nouvelle à vos apprendre.

Le Chef sorti l'île hier matin pour s'en aller à la djerre!

Je n'veurs pas qu'ou pensiey que j'sis un hypocrite, et que j'sis à faithe la mîne de m'lamenter à cause qu'il est hors, car je vos asseuthe que la peine que j'en êprouve au moment actuel est bain réele.

Je sais bain que j'n'avons pas 'tai tréjous d'accord, et que dans chute colonne ichin je l'ai souvent crititchie et je vos ai fait part des disputes que j'avons ieu ensemblye, mais dans la situation grave dans tchu que j'nos trouvons, étant en djerre contre un ennemin commun, touos les p'tits difféthents personnels dévent être laissis d'côté.

Le Chef sait tch'est qu'sont mes sentiments envers li et i' sait ettou que de toutes les mains qu'ont serré la sienne au moment d'au départ, i' n'y en avait pas iunne de pus sincèthe que la patte du pouore caouain. Le moment de sépathation dait être bain cruel, pour li aussi bain que pour sa famile, et j'espèthe qu'i me s'sa permins d'offri ma pus profonde sympathie à Madame sa mèthe, à sa charmante p'tite femme et à san chier p'tit gârçon, et de les prier de prendre couothage.

La s'pathation ne s'sa pas longue et dans bain p'tit d'temps je verrons not'e Chef ervénin, couvert d'honneur et glouaithe et dans l'heutheuse et ordgilleuse position d'un homme qu'a fait san d'vé.

Caouain
Chronique de Jersey 8/8/1914

Thursday, 16 January 2014

L'Histouèthe de Louisa Journeaux



J'avons vidgi à la caûchie d'la Ville à matîn. Né v'chîn "L'Histouèthe de Louisa Journeaux" par FMH.

We did some videos at Saint Helier Harbour this morning. Here's Florence Hacquoil's version in verse of the story of the rescue of Louisa Journeaux

L'Histouèthe de Louisa Journeaux

Ch'tait auprés l'service un dimanche au sé
Que Louisa Journeaux s'en fut s'promener
Le long d'la cauchie auve un janne francais,
Comme le temps était caud et vraiment bé
I' dècidites de prendre un p'tit baté
Et d'faithe une touônnée sus la mé.

Genuine Jersey

Genuine Jersey a affichi:
We are supportive of the L’Office du Jèrriais who are working to promote and encourage the use of Jèrriais in the business community. Jèrriais, as you will know, is Jersey’s unique language and a vital part of our cultural heritage. Its use in your branding and promotional literature can identify your organisation more closely with the Island. It can be achieved for a minimal outlay, since translation services are available free of charge from L’Office du Jèrriais. Free lessons could even be provided for your staff by arrangement. Bi- lingual signs can be found at the Harbour, on the Parish of St. Helier’s recycling branding and you will have seen the LibertyBuses with the Parish names in Jèrriais, so this is a growing movement.

1914: "le grand sabre au kaiser" (3)

(siette)
Iun d'nos miliciens l'aut'e jour entri en passant, et naturellement la conversation touânni sus la djerre et sus la mobilisation de la milice. Je le félicitîmes de tchi que j'avions lus dans les gâzettes que touos l's hommes avaient raîndu joyeusement à l'appel, qu'i' n'y-avait pas d'mantchants, et que, malgré qu'il's eussent à enduther bein des p'tits inconvénients les miliciens ne se plaignaient pas, mais faisaient lus d'vé comme des hommes.

Là-d'sus, i' s'mint à rithe et i' dit:

- Criyous tout chein qu'ou viyiz sus les gâzettes, vous?

Et je lis dîmes: Oui, pus ou meins, tréjous.

- Pas mé, don, et quant à dithe qu'i n'y a pas ieu d'grouneurs, je m'en vais vos en citer un cas, mé.

Connaissous le p'tit Johnnie, qu'est sergent dans l'régiment du Ouest?

- Nennin, mais absolument tu ne t'en vas pas nos dithe que si i'y a ieu une exception à la belle conduite des miliciens, que ch'tte exception là était un sergent, tréjous, car selon nous, ch'est ieux qui dev'thaient montrer un exemplye ès autres.

- Mais sans doute, mais enfin ch'a 'tai d'même pourtant.

Et i' s'mint à nos raconter l'histouaithe.

I' pathaît que le p'tit Johnnie, haut coumme un pôt d'cidre, et tout fin râsé se rendit à l'Arsenal avec sa compagnie, mais qu'il avait un tas d'choses à dithe quant à l'utilité de la mobilisation de la milice. I' savait li, t'chest qu'le gouvernement dévthait fait, et pâlait avec un tel aplomb et une connaissance de cause, qu'il exciti tout-a-fait l'admithation d'une partie d'ses soudards, et i' se d'mandaient si che n'éthait pas 'tai bain mus que l'gouvernement l'éthait nommé Sécrétaithe de la Djerre à la plaiaiche de Kitchener.

Bon! tchique temps opprès Johnnie quémenchit à aver faim, les râtions n'avaient pas oquo 'tai servies ès hommes à cause de tout l'tripot de la mobilisation, il 'tait accouôtumé li, à aver r'pas à d's heuthes rédguliéthes, et l'creux qui s'fairait dans s'n'estoma patriotique le mint tout-à-fait d'mauvaise humeur.

Mais quand i' ouï qu'il avait 'tai nommé parmi d'autres pour faithe la garde i' qu'menchi à faithe un tintamarre abôminablye, et dit qu'i n'le f'thait pas pour personne!

- Les officiers criyaient-i' qu'i' s'en allaient le garder là tout l'jour? Un homme comme li? Oubliaient-i' qu'il avait djais mille toumates siez-li qu'étaient en perdition? Allons ichin êttout!!

Et il êpaulit s'n arme et êprouvit à fichi san camp siey-li.

Les officiers ne voulirent pas l'puni comme i' méthitait et ils êprouvithent à l'induithe à rester à san poste, mais ils eurent les mille embarras à l'convaincre qu'il 'tait à faithe une grande bêtise et couothait l'dangi d'être sévéthement puni.

V'là l'histouaithe comme ou nos a tai racontée.

Caouain
Chronique de Jersey 8/8/1914


(à siéthe)

Wednesday, 15 January 2014

1914: "le grand sabre au kaiser" (2)

(siette)

Tch'est que l'Caouain nos dit chute semaine?

V'là la tchestion que tout l'monde se d'mande en ouvrant la Chronique tuuos les Samedis.

Et combein qui y-en a parmi vous qui se sont jamais fidjuthés tch'est qu'chenna veur dithe d'aver à remplyi chut colonne ichin toutes les s'maines avec des nouvelles pus ou meins intérêssantes?

Vaithe, je vos asseuthe que ch'n'est pas du gniollin d'aver à l'faithe.

Souos les circonstances ordinaithes ch'n'est pas oquo trop difficile, car ch'est un pliaisi pour mé de voltigi de pâraisse en pâraisse pour vaie auchune chose qu'i peut y-aver en allant, ou bein de m'mettre ès êcoutes selon ma mauvaise habitudes pour entendre les conversations de gens qui palent trop.

Mais dame! au temps qui va, nennin par exemplye!

Tout l'monde est armé, sapresti!

Jusqu'àcheteu j'ai tréjous fait un mio d'man vaillant en disant que je m'fichais d'touos vous avec vos armes mais chute feis je sis obligi de rentrer mes cônes un mio, et aussi bein vos l'admettre, je sis êpouvanté. Je n'ose presque pas dêhaller d'ma mansarde sans aver tchiques-uns à m'garder compagnie, ch'n'est qu'soudards partout et tous armés jusqu'ès dents.

Man systême est entchièthement êbranlé et je n'peux pas supporter le moindre brit. Si une porte a l'malheur de slammer je n'ai qu'd'en mouothi d'peux et ch'est là iune des raisons pourtchi qu'ou n'ouïyiz pas l'coup d'canon à méjeu et à neuf heuthes et d'mie, nos gens ayant supplié les autorités d'aver un mio d'êgard pour man êtat d'santé et de ne le tither pas pour tchique temps pour êviter des conséquences fatales.

Alors, garçons, souos les circonstances, je reste autant que pôssible à la maison, conséquamment che que j'm'en vais vos raconter annièt n'est que des ouï-dithes, des histouaithes, enfin, que les uns et l's autres ont raconté dans notre office, la véracité de tchi je n'peux pas garanti.

Caouain
Chronique de Jersey 8/8/1914


(à siéthe)

Tuesday, 14 January 2014

Dictionary addenda

Eune attestâtion littéthaithe pouor un nouvieau mot:
A literary attestion for a neologism:

dictatuthe = dictatorship
(r'ssource: George d'La Forge, 1971)
(Annotation to be changed from New: to Lit: - possibly also Fr:)

crouaîsi (un nom) dé = cross out/off (a name) from
(r'ssource: Almanach de la Chronique de Jersey 1909)

1914: "le grand sabre au kaiser" (1)

Acouo un texte du mais d'Août 1914 d'la plieunme du Caouain - lé "r'gard satirique" au c'menchement d'la Preunmié Dgèrre Mondiale:

Here's some more writing from the beginning of the First World War by GW de Carteret:

Le vier caouain, le sien qui vint dans chu monde de minzèthe pour baillyi d'sa bec à tort et à travers, qui pitchait l'amour-propre de tchiqu'uns et qui souol'vait la colèthe des court de pé, chu vier caouain s'en va et bein seux s'i peut picoter tchique saoucisses allemandes, i' f'tha un fricot comme i' n'en a jamais d'sa vie ieu. Si seulement il avait la forche de prendre le grand sabre au kaiser et de l'obligi à l'envier au musée de la Société Jersiaise, j'vos asseuthe que v'là qui s'sait fait dans un clin dyi.

Chu boustre de caouain, qu'était une bein vilaine bête pour tchiqu'uns, chu caouain-là enviait ses êcrits au haut du Vier Marchi pour faithe rithe et amuser touos les siens qui lièsent san gniollin, mais tchiquefeis i' rapp'lait de chu vier dicton français:

"Loué par ceux-ci, blâmé par ceux-là, me moquant des sots, bravant les méchants, je me presse de rire de tout... de peur d'être obligé d'en pleurer."

S'en va-t-i' être tithé chutte feis? Pas par des Jêrriais, bein seux, mais si nou l'i baille une chance de happer l'empereur d'Allemagne, i' n'y-a pas d'doute qu'il en rapportetha tchique brédelle comme souvenir pour Jêrri, pour le p'tit pays iou qui laisse Marie Hibou et sa couée et iou que l'vier caouain es'sa rempliaichi par l'aînè de ses p'tits, car le bouanhomme hors, iun d'ses mousses se chèrgétha de raconter tout l'gniollin qui fait rithe et que tchiqu'uns n'voudraient pas veis sus la gâzette.

Eh bein, garçons, ch'est à bétôt... à meins que j'ne s'sais tithé!

Caouain
Chronique de Jersey 8/8/1914

(à siéthe)

Monday, 13 January 2014

Dictionary addenda

bratchi = aim, fix
(r'ssource: Charles Picot, Almanach de la Chronique de Jersey 1915)

Sunday, 12 January 2014

1915: "I' m'baillit eune Crouaix pouor êpîler sus m'n estonma" - "He gave me a Cross to pin on my chest"

Viyant tout l'hèrtchîn entouor l'întèrprétâtion d' "Blackadder", né v'chîn un but ajouôté à ches drein ès Pages Jèrriaises, publié preunmiéthement en 1915. Chein qué Ph'lippe Lé Sueux Mouothant êcrivit à chu temps-là pouôrrait nos chotchi achteu, mais sans doute nou-s'en riait en 1915. Mais si ch'est satirique, tch'est qu'y'est satirîsé?

There's recently been some controversy over the interpretation of "Blackadder"'s satire of WWI. Here's part of a 1915 text by Philippe Le Sueur Mourant (recently added to Les Pages Jèrriaises) which may seem in rather bad taste nowadays, but was evidently intended to amuse in 1915. But if it's satire, who or what is being satirised?

Pépée nos èscrit dé temps en temps: il est bin embarrassé tchiq' bord au front, a èsmaglyi des pandloques de Prussiens. Il a 'té bliessé des douzaines de fais, et nos envie les balles qui y'ont traversé l'corps - j'en ai plien eunne coconette. Né v'chin tchiq'eunnes de ses lettres: l'Gouvernement y'a d'fendu de mettre le nom d'la plieche (le roué d'Prusse a offert chinq mille louis pour sa tête) ni la date.

Bonjour nos gens.

N'y'avait pas huit jour que j'tais ichin que l'Général dit, mé l'ouiant, qu' y'avait un connon Boche qui faisait hardi dé d'gats parmi ses soudards. Je n'sufflyi mot, mais dans la nièt, j'm'en fut sans mot dithe. J'mé faufilli sus l'ventre, coumme eunne tchillieuvre, j'èsgliemmi les chinq soudards qu'étaient là, j'bûchi la tchulasse d'un seul coup. J'eu la Crouèx pour cheunna.

J'espèthe qu'ous êtes tous en bouonne santé et qu'la tante Lèscaudé a d's èsgards. S'ou pouêtes m'envié tchiq' sous.

Piteur Pain.

Friday, 10 January 2014

Thursday, 9 January 2014

Jersey: preocupazion pal avignî dal jèrriais

Internazionalitari: Jersey: preocupazion pal avignî dal jèrriais: L’Ufici pal jèrriais, o sei la varietât linguistiche normande carateristiche de isule di Jèrri / Jersey, al è tornât a intervignî sui peric...

Wednesday, 8 January 2014

1914: Mobilîsâtion

Lé Gouvèrneux mobilîsit la Milice Rouoyale dé Jèrri tard l'arlévée du 29 d'Juilet 1914. Lé 1yi d'Août 1914 chu texte du Caouain fut publié sus la Chronique de Jersey. Chennechîn dait êt' la preunmié êcrituthe en Jèrriais d'la Preunmié Dgèrre Mondiale.

Late in the afternoon of 29 July 1914, the Royal Jersey Militia were mobilised by order of the Lt-Governor. This mobilisation was described in the Chronique de Jersey of 1 August 1914. This text of that date by GW de Carteret would seem to be the first published piece of First World War literature in Jèrriais.


Hi! garçons, tch'est qu'tout chennechin veur dithe, don?

Est-che qu'ou z-allez vos battre?

Ch'est-i' mé qu'eut peux Mêcredi au sé!

J'étais dans la campagne jutchi sus un binot d'avaine à ênatchi un mulot que je v'nais justement d'attraper, quand j'entendi des pas dans la route.

Je voltigi jusque dans la braique du clios pour vaie tch'est qui passait et j'vis que ch'tait un sergent qui pathaissait diversent prêssi. Je dis à mê-même: Caouain, i' y-a tchiquechose en allant; sièt-lé.

Quand il arrivi dans l'village, i' s'mint à tapper ès portes des maisons et pis i' criyait: Are you there, Jim? ou bein Wake up, Tom! Et pis, je l'ouï lus dithe: To-morrow at two o'clock with all your kit.

En me mettant ès êcoutes, j'apprin enfin que la djerre était dêcliathée de tchique quarre à l'êtrangi et qu'la Milice s'en allait être mobilisée pour protégi Jèrri contre l'ennemin.

Tout l'monde était diversément excité.

A bein des maisons les femmes vinrent sus lus nerfs et supplyirent lus hommes de n'aller pas s'exposer au dangi.

Enfin, Jeudi matin, toute l'île était animée, et dans l'arlévaie che n'tait qu'soudards partout.

Jamais je n'aithais creu que Jêrri possédait une telle forche militaithe et j'ai ouï qu'un espion qu'était v'nu d'Autriche pour vaie tch'est que j'nos allions faithe, fut si ravi d'vaie nos garçons avec lus gros canons, qu'i' s'en r'fut bein dans san pays pour lus dithe que sus toutes choses qu'i' n'fallait pas penser à s'en v'nin prendre Jêrri, car che s'sait justement sacrifier lus armée par pliaisi.

Je sis oquo trop bouleversé pour vos en compter bein long sus chein qui s'est arrivé jusqu'à chu moment ichin, mais je n'crai pas qu'i' y-ait auchune raison de s'alarmer trop, car il est probablye que la prompte action de nos autorités militaithes en mettant d'même la milice sus pid, s'en va êviter une djerre européenne.

D'ichin Samedi tchi veint, nou verra tch'est qui s'arrivetha et p't-être que j'éthai tchiquechose à dithe sus la situation.

Monday, 6 January 2014

1981: For Battle, read Bataille

For Battle, read Bataille
From Dr. Frank Le Maistre

In reply to Mr. Whittle (JEP 2/2/81), re the above, the explanation is quite simple.

The fight or skirmish which took place in Lé Vièr Marchi on January 6, 1781, incidentally still known to us as Lé Jour du Vièr Noué, became known as La Bataille dé Jèrri.

It has always been that to every real Jerseyman and Jerseywoman, and still is to this day. The designation was eventually anglicized, of cours, and for a long time now many folk (including authors) have never even been aware of its correct title.

The fact is that our Jèrriais bataille or batâle can be either a battle or a skirmish, and in my Dictionnaire the term escarmouche is indeed the description given. We have numerous fields and localities called La Bataille to this day, after just such skirmishes or fights, with the French, of long ago,

It is nowadays easily forgotten, I fear sometimes conveniently so, that everything is being more and more translated and anglicized, often to the prejudice of our remaining true Jerseyness.

In all that has been written concerning the events, not once does one come across any reference to the expression La Bataille dé Jèrri, nor mention of the fact that little English was then known.

In all the recent celebrations and commomorations of that period of our local history, one ingredient has not been touched upon.

Our most precious heritage has been forgotten, to wit, the use of at least some of our old Jèrriais language.

La Brecquette,
L'Étacq,
St. Ouen.

February 3, 1981

La Batâle dé Jèrri - The Battle of Jersey

Battle of Jersey 2014 a photo IMG_1216_zpsb00be754.jpgAniet ch'est l'annivèrsaithe dé la Batâle dé Jèrri. Né v'chîn l'articl'ye qué George d'La Forge êcrivit pouor la 200e annivèrsaithe:

Today's the anniversary of the Battle of Jersey. Here's the article George F. Le Feuvre wrote for the bicentenary:


Lé chent'naithe dé la Batâle

San Antonio,
Texas,
USA.
Lé 23 d'févri, 1980.

Un anmîn d'Angliétèrre, lé Révérend Michael St. John Nicolle, Recteu d'l'églyise dé St. Martîn à Desford, Leicestershire, m'a env'yé un mio d'gâzette, êcrit par "Meridian", dé d'dans ieune dé Jèrri qué j'n'ai pon 'couo r'chu, auve un bieau portrait du couôsîn Edward John Le Feuvre tch'est en train d'montrer un portrait enfrêmé où'est qu'nou vait un p'tit portrait du Mâjeur Peirson, iun d'l'églyise parouaîssiale dé St. Hélyi, et aut' portraits au sujet du chent'naithe dé la batâle dé Jèrri célébré en mil huit chent huiptante-tchi'ieune. V'là tchi nouos ramémouaithe qué l'six d'janvyi d'l'année tchi veint es'sa san deuxième chent'naithe. Y'a-t-i' pèrsonne en Jèrri tchi s'en va s'en d'menter et mett' l'affaithe en allant pour eune célébrâtion dîngne dé l'occâsion?

L'articl'ye dé "Meridian" nouos dit qué l'Sieur Edward Le Feuvre est d'avis qué l'monument pliaichi dans l'églyise dé St. Hélyi en l'honneu du Mâjeur Peirson n'est pon suffisant comme objet d'èrconnaîssance à la mémouaithe du Mâjeur tchi fît l'sacrifice dé sa vie pour empêchi l'Ile d'êt' prînse par les Francais.

Saturday, 4 January 2014

La Manche en vidgo


Chu vidgo a des bieaux portraits et des captions en Nouormand d'la Grand' Tèrre (vèrsion Nouormande d'la chanson)
Here's a fun video showcasing the department of Manche with captioning in mainland Norman (adaptation of the lyrics of the song)

Thursday, 2 January 2014

A Wandering Botanist: Curious Plant Story--Cabbage Walking Canes

A Wandering Botanist: Curious Plant Story--Cabbage Walking Canes: Walking sticks from cabbage!  What you see in the video is a stick made from Brussels sprouts.  This post is about that project and the re...

Wednesday, 1 January 2014

1911: Prédictions pour dziexs-neu' chents onze

Bouonne Année 2014! Né v'chîn du niolîn d'1911:
Happy New Year 2014! Here's some nonsense from 1911:

Prédictions pour dziexs-neu' chents onze

Ch'est bel et bin d'souhaité vie et prospéthité ès gens: v'la tchi n'couôte rin et nou happe des faies eunne litcheu a bouan marchi. Mais, m'est avis qu'nos clients sétont contents d'ouïr des nouvelles seuthes sus l'av'né.

Pour liethe l'av'né (a ch'qué m'dit pour très schlings eunne dîseuse dé chance dé la Roque), nou s'en va, a mînniet dans un chumtiethe d'Eglyise dé tchiq' lé Récteu est veuvi en deuxième neuche; nou s'met sus l'dos, la tète sus eunne plieumme dé caouan, au Nord du chumtiethe, pids et gambes en crouée. Nou s'met un gallot d'granit sus l'estouma, et nou reste d'mème eunne heuthe en disant a mié-vouée:

Ka-ra ki-ri,
Dis mé tchi ri, etc., etc.

Y'en a douze linnes, qué j'e'n vos dithait pon: ou's en séthaites trop long. Si tout c'est passé coumme-y-faut, ch'qué nou's èscrit l'lend'main est puthe véthité.

Né v'chin des choses qui s'arriv'thont fiabliément ch't'année si j'sis chorchi: